-

 

 

 

2 -  1914 - 1918  Sur les chemins de la gloire.

   Lorsque le 2 Aout 1914 la guerre éclate, von Arnauld vient tout juste de rentrer d'un séjour en Grande Bretagne et a repris son poste à l'Etat Major de l'Amiral von Pohl. Mais très vite, lui qui ne rêve que d'une vie active et combattante ne peut se contenter d'une telle affectation et c'est avec beaucoup d'espoir qu'il dépose sa candidature pour servir dans les nouvelles unités d'aérostats en cours de constitution et piloter un dirigeable.

   Sa candidature n'est pas retenue. Alors, le jeune officier décide que c'est vers l'arme sous-marine qu'il va se diriger. Cette fois-ci son souhait est exaucé et il part aussitôt rejoindre l'Ecole de Navigation sous-marine alors à Kiel puis à Eckenförde où il achève sa formation avec le cours de Commandant. Durant ce cours, il est amené à commander les sous-marins école U-1 et U-3. C'est pendant son séjour en école qu'il est promu Kapitänleutnant (Lieutenant de Vaisseau).

   Enfin, le 18 novembre 1915, son désir se concrétise sur la base de Pola où il reçoit du Kptlt Kophamel le commandement de l'U-35, un sous-marin tout juste arrivé de Wilhelmshaven pour être basé en Adriatique. Les premières semaines se passent au chantier naval où le sous-marin est mis en état de reprendre la mer.

 

Patrouille n°1 du 11 au 25 janvier 1916

   Appareillé de Pola, il gagne sa zone d'opérations comprise entre Malte et la Crète, essuyant au passage une tempête force 10 en mer Ionienne. Le 17 à l'aube, il arrête le vapeur anglais Sutherland, 3542 tonnes, fait évacuer son équipage et le coule au canon. C'est le premier d'une très longue série. Dans l'après-midi, engagement d'artillerie avec un vapeur qui s'avère être le bateau-piège anglais Margit (Q-Ship). Mais déjà von Arnauld, d'instinct flaire le danger et grâce à sa prudence et à son habileté, il échappe au tueur de sous-marins. Le lendemain, c'est l'anglais Marere (6443 tonnes) qui est envoyé par le fond. Puis le 20, encore un anglais, le Trematon (4198 tonnes) prend le même chemin. Dans la matinée du 25, au terme de sa première mission de combat, l'U-35 fait son entrée à Cattaro, la base opérationelle de la Mittelmeer Flottille. 

Patrouille n°2 du 16 au 18 février  1916

   Mission  d'interception d'un convoi au large de Brindisi. Tir sans succès d'une torpille sur un destroyer italien.

Patrouille n°3 du 20 février au 4 Mars 1916

   Secteur d'opérations entre Malte et Crète. Le 26, le croiseur auxilliaire français La Provence (13753 tonnes) qui transporte des troupes est coulé d'une tropille lancée en plongée. Le navire qui portait quelques 1800 hommes disparait en 10 minutes faisant environ 900 victimes. Le lendemain, un vapeur italien est coulé au canon puis le 28, c'est un autre anglais qui subit le même sort. Le 29, au sud de la Crète, il rencontre la canonnière HMS Primula qu'il atteint de deux torpilles mais le navire s'obstine à flotter et il faudra encore 2 autres torpilles pour le couler ! N'ayant plus de torpilles, l'U-35 rejoint Cattaro. (Lien vers La Provence ci-dessus)

Patrouille n°4 du 20 mars au 8 avril 1916

   Secteur d'opérations : Méditerranée orientale. Le 23, le transport anglais armé Minneapolis (13453 tonnes) est coulé d'une torpille tirée en plongée. Les jours suivants, il poursuit sa patrouille jusqu'au large d'Alexandrie sans rencontrer de navires puis revient vers la Crète le 2 avril. Le 4, il aperçoit un cuirassé anglais sans pouvoir parvenir en position de tir et lance sans succès sur un croiseur anglais. Le mauvais temps et des avaries de machine l'obligent à rentrer à Cattaro d'où il part ensuite pour rejoindre le chantier naval de Pola.

Patrouille n°5 du 6 juin au 3 juillet 1916

   Appareillage de Pola à destination de la Méditerranée occidentale avec pour mission particulière d'entrer dans le port de Carthagène afin d'y remettre une lettre adressée par le Kaiser au roi Alphonse XIII. Il s'acquitte de cette mission le 21 et ressort de Carthagène dans la nuit du 21 au 22. A l'aller comme au retour, il poursuit sa guerre contre le commerce maritime et revient à Cattaro avec un palmarès de 40 navires détruits représentant près de 57000 tonnes.

21 juin au matin, l'entrée à Carthagène

A couple avec le croiseur Cataluña

 

A couple avec le vapeur Roma

Patrouille n°6 du 26 juillet au 20 août 1916

   Secteur d'opérations : Méditerranée occidentale. Après avoir passé le canal de Sicile, l'U-35 opère le long des côtes d'Espagne, Golfe du Lion, golfe de Gènes, traverse la mer Tyrrhénienne et regagne Cattaro après avoir contourné la Sicile. Au cours de cette mission, le 15 août, le sous-marin échappe pour la seconde fois au tir d'un bateau-piège mais l'alerte a été chaude. En dehors de cet incident et d'un tir de torpille manqué contre le croiseur Ernest Renan, chaque jour qui passe voit couler plusieurs navires sous les coups de von Arnauld et de ses hommes qui font même plusieurs prisonniers. A son arrivée à Cattaro, l'U-35 signe sa plus fructueuse patrouille dont le record ne sera jamais égalé. Pas moins de 54 navires (29 vapeurs et 25 voiliers) ont été coulés représentant plus de 90000 tonnes.

Jour après jour, l'U-35 envoie par le fond les vapeurs ennemis qui croisent sa route. Econome de ses torpilles, il se sert surtout de son artillerie quand il ne peut saborder le navire.

Patrouille n° 7 du 14 septembre au 9 octobre 1916

   Secteur d'opérations à nouveau la Méditerranée occidentale avec en plus une mission spéciale : évacuer discrètement de Carthagène trois officiers allemands qui bien qu'internés sont étonnamment libres de leurs déplacements. Comme prévu, U-35 fait la guerre activement à tout le trafic qu'il croise jusqu'au 26 puis se faisant oublier pendant quelques jours, il entre de nuit en baie de Carthagène. Après plusieurs heures de grande tension et sous la menace épisodique d'un sous-marin français, il parvient dans la matinée du 1er à faire surface et à embarquer en moins de 5 minutes ses évadés avant de disparaître à nouveau sous la mer. Les 3 hommes sont le KL Canaris (qui deviendra Amiral et chef de l'Abwehr dans les années sombres de la prochaine guerre), l'OL Sievers et l'aspirant Badewitz.

   Sur la route du retour, la guerre au commerce reprend, marquée particulièrement par le torpillage du croiseur auxilliaire français Gallia, ex-paquebot de la Compagnie Sud-Atlantique, chargé de troupes. La mort dans l'âme, von Arnauld assiste impuissant derrière son périscope à la noyade de centaines d'hommes. Ce spectacle le marquera profondément et bien des années plus tard, il l'évoquera encore avec beaucoup de tristesse et d'émotion. Voir un extrait du journal de bord.

   Le 9 Octobre, l'U-35 entrait à Cattaro au terme d'une mission délicate remarquablement réussie. Le bilan de cette patrouille ajoutait encore plus de 70000 tonnes au palmarès déjà impressionnant de von Arnauld.

   L'année 1916 s'achève, l'U-35 fatigué par ces longs mois de mer entre en réparations aux chantiers de Pola tandis que par roulement, son équipage goûte quelques jours de permission auprès des familles. C'est d'ailleurs là que Lothar va pouvoir célébrer sa décoration de la prestigieuse croix "Pour le Mérite" qui lui est attribuée par le Kaiser lui-même le 11 octobre en récompense de ses succès.

1917

Patrouille n°8 du 1 au 13 Janvier

   Secteur d'opérations : routes maritimes entre Malte et Crète. En cet après-midi de Nouvel An, l'U-35 appareille de Pola passe le canal d'Otrante le 3 et deux jours plus tard recommence à apporter de nouveaux succès à son tableau de chasse en coulant au canon le vapeur anglais Lesbian dans l'après-midi puis deux heures plus tard, une goélette italienne. Les jours suivants voient aussi de nouveaux succès mais à partir du 9 et surtout le 10, la tempête fait rage. C'est au milieu des éléments déchainés que le diesel tribord tombe en panne pendant 24 heures, rendant difficile la tenue à la mer en surface. Finalement, la météo ne s'améliorant pas, von Arnauld décide de mettre le cap sur Cattaro d'autant qu'il a pour consigne d'être prêt pour la fin du mois à exécuter une nouvelle mission. Le 13 à midi, ayant coulé 6 navires durant sa patrouille, l'U-35 s'amarre à couple du Gäa son bâtiment base à Cattaro.

   L'année 1917 marque un tournant dans l'histoire avec l'entrée en vigueur à partir du 1er février de ce qu'il est convenu d'appeler la guerre sous-marine totale. La décision en est prise par le Kaiser le 9 janvier suite à l'échec des tentatives de l'Allemagne et des Etats Unis pour arriver à une paix négociée.

Patrouille n°9 du 6 au 27 Février

   Secteur d'opérations : côte est de l'Espagne avec pour mission spéciale de transporter et d'immerger 40 sacs de matériel secret en un point précis de la côte espagnole puis de mettre à terre l'Enseigne de réserve Kallen qui sera chargé de les faire récupérer. Sorti de Cattaro le 6, le sous-marin s'engage dans le détroit d'Otrante le lendemain matin par mer agitée. C'est alors que vers 9h30, le Maître Skwara tombe à la mer. On lui lance une bouée mais le temps que l'U-35 fasse demi-tour, il a disparu. Les recherches se poursuivent deux heures durant sans succès et la mort dans l'âme, von Arnauld donne l'ordre de reprendre la route. Tout en faisant route vers l'Espagne, le sous-marin reprend la guerre au commerce et malgré de nouvelles avaries des diésels, continue à engranger les succès. Dans la nuit du 14 au 15, il exécute sa mission spéciale puis reprend la guerre au commerce. Le 19, son Commandant prend la route du retour et rentre à Cattaro en début d'après-midi le 27.

Patrouille n°10 du 31 mars au 6 Mai

   L'ordre de mission pour cette croisière prévoit que le sous-marin devra conduire la guerre au commerce en Méditerranée occidentale puis de passer Gibraltar pour poursuivre la guerre à l'ouest du détroit. Dès le début de cette patrouille alors qu'il n'a appareillé que depuis 3 heures, l'U-35 est la cible d'un sous-marin adverse qui lui lance une torpille. Ayant repéré le sillage à temps, il l'évite et ouvre le feu au canon sur le point de lancement de cette torpille pour contraindre son adversaire à plonger plus profondément. Après avoir coulé quelques navires, von Arnauld passe Gibraltar en longeant la côte marocaine dans la nuit du 12 au 13 avril et dès le matin reprend ses activités de destruction. Jusqu'au 25 il écume le secteur ouest de Gibraltar et repasse en Méditerranée dans la nuit du 25 au 26. Durant cette patrouille de 36 jours, l'U-35 a parcouru 5550 miles et envoyé par le fond 21 vapeurs et 3 voiliers totalisant près de 70000 tonnes ! Neuf torpilles ont été lancées dont 5 ont fait but, 541 obus de 105mm ont été tirés et 26 charges de sabordage utilisées. Eprouvé par cette longue patrouille, l'U-35 prend dès le lendemain la direction de Pola pour entrer en réparations.

   Jusqu'au mois d'octobre, le sous-marin qui a besoin de grosses réparations en particulier au niveau de ses moteurs, restera au chantier naval de Pola, n'en sortant que pour effectuer des essais.

   Au cours de cette patrouille, un cameraman a pris passage à bord du sous-marin pour réaliser un film de propagande. Ce film est parvenu jusqu'à nous. Il est intitulé "Der Magische Gürtel" (Le cercle enchanté). C'est un film muet qui n'est pas sans intérêt et qu'il est possible de visualiser ici.

Patrouille n°11 du 2 Octobre au 6 Novembre

   Le secteur d'opération attribué à l'U-35 pour cette patrouille est la Méditerranée occidentale et l'ouest de Gibraltar. Début de mission normal jusqu'au 15. A 5h30 du matin ce jour là au large du Cap de Gata, alors qu'il fait encore nuit, un bateau est aperçu. L'équipage se prépare à une attaque à la torpille mais en même temps, von Arnauld fait armer le canon au cas où une torpille serait superflue. C'est alors que le sous-marin est repéré par le navire qui fait alors demi-tour. A 1200 m, l'U-35 ouvre le feu auquel on répond avec du petit calibre depuis la proue. Mais voici qu'à présent, il accélère avec l'intention manifeste d'aborder le sous-marin. Alerte ! Plongée ! A grande vitesse et en donnant un coup de barre énergique, von Arnauld pare le danger immédiat mais peu après ce sont deux très fortes détonations de grenades sous-marines qui provoquent quelques avaries, notamment au niveau de l'éclairage. Le sous-marin se réfugie à 50 mètres de profondeur. Quand un peu plus tard, alors que le jour se lève, von Arnauld revient à l'immersion périscopique, il peut constater que son adversaire était un destroyer anglais qui le cherche toujours dans toutes les directions ! L'U-35 et ses hommes l'ont échappé belle et s'en tirent avec plus de peur que de mal. Dans la nuit du 17, il passe Gibraltar pour opérer jusqu'à Madère. Peu de trafic, il repasse le détroit le 30 et prend le chemin du retour. Mais décidément, cette patrouille n'en finit pas d'apporter son lot de frayeurs. Le 6 Novembre, alors qu'il transite en surface dans le Canal d'Otrante, il est pris pour cible par un sous-marin adverse qui à très faible distance lui décoche 3 torpilles (l'équipage allemand en comptera 4). L'une d'entre elles marsouinant sort de l'eau, tombe à plat sur le pont de l'U-35 et poursuit sa course sans exploser. Les deux autres encadrent le sous-marin ! Décidément, ce n'était pas jour de chance pour le LV Bougard commandant du Faraday dont le sous-marin ne sera identifié qu'après la guerre en dépouillant les journaux de bord.

Patrouille n°12 du 8 au 31 Décembre 1917

   Secteur côte d'Afrique du Nord et côte est d'Eespagne. Cette mission sera beaucoup moins mouvementée que la précédente et somme toute assez fructueuse avec 7 navires coulés pour une peu plus de 28000 tonnes. L'équipage arrive juste à temps à Cattaro pour célébrer la nouvelle année dans de meilleures conditions.

U-35 le canon de 88mm

SMS Gäa, bâtiment base à Cattaro

1918

Les évènements du 3 Février à Cattaro

   A l'instar des mouvements contestataires qui se font jour ici et là chez tous les belligérants, en particulier depuis l'effondrement de la Russie, la "grogne" a gagné la flotte austro-hongroise. Sur les navires de surface, des marins se sont rebellé et se sont emparé par la force de plusieurs unités, notamment du cuirassé Sankt Georg qui se trouve au mouillage dans les Bouches de Cattaro. L'U-35 qui est en cours d'armement pour sa prochaine patrouille, fait alors mouvement en compagnie de l'U-63 pour bloquer l'accès des Bouches puis, dans la journée, le sous-marin se place face au cuirassé qu'il tient sous la menace de ses torpilles. Von Arnauld informe les mutins qu'ils ont une heure pour évacuer faute de quoi il devra faire usage des armes. La menace est on ne peut plus claire ! Elle produit l'effet escompté, les mutins amènent le drapeau rouge et l'infanterie prend le navire d'assaut. En fin de journée, l'ordre étant rétabli, U-35 reprend son poste d'armement. Au cours de cet épisode décisif dans la résolution de cette mutineriet, Lothar aura une nouvelle fois montré sa détermination absolue.

Patrouille n° 13 du 10 Février au 13 Mars

   Secteur d'opération : Méditerranée occidentale. Cette mission ne sera pas marquée par d'extraordinaires évènements mais par contre sera placée (encore et toujours) sous le signe des ennuis de moteurs. A tel point que lors de son retour à Cattaro, l'U-35 va une fois de plus devoir rejoindre le chantier naval de Pola. Au cours de cette mission 5 navires sont coulés et deux endommagés. On voit que les contre mesures destinées à lutter contre les U-Boote commencent à porter leurs fruits et elles sont désormais bien loin ces patrouilles au cours desquelles on coulait des dizaines de navires !

 

   De retour de cette patrouille, von Arnauld remet le 17 Mars son commandemement au Kapitänleutnant Ernst von Voigt qui aura surtout la charge et aussi la chance de ramener entier l'U-35 jusqu'à Wilhelmshaven où il arrivera après l'Armistice. Au Germania Werft de Kiel, l'U-139, l'un de ces grands U-Kreuzer qui commencent à sortir des chantiers allemands attend un Commandant. Ce sera von Arnauld.

 

S.M.U-Kreuzer  U-139

"Kapitänleutnant Schwieger"

 

  18 Mai 1918, Warnemünde  La Kronprinzessin Victoria-Louise se rend à bord de l'U-139 à l'occasion de l'entrée en service du sous-marin sous le commandement de von Arnauld.

    A compter du 18 Mai, l'U-139 va effectuer sa période d'essais en bassin, en rade, au large de Kiel puis dans la Baltique. La pesée suivie de la première plongée s'effectue sur rade dès le 27 Mai cependant la mise au point de ces nouveaux sous-marins notamment au niveau des diésels est délicate et ce n'est que début septembre que le bateau est finalement paré pour sa première mission de guerre.

   U-139 en essais dans la Baltique à l'été 1918. On notera les dimensions imposantes du bâtiment et les deux pièces de 150mm qui lui donnent une redoutable puissance de feu.

Patrouille du 11 Septembre au 14 Novembre 1918

   Appareillage de Kiel à destination de la côte nord-américaine avec pour secteur d'opération depuis le Nord du Cap Hatteras jusqu'à la latitude de Halifax. On remarquera l'évolution technologique de l'arme sous-marine qui grâce à ses grands croiseurs est désormais en mesure de porter la guerre au commerce maritime jusqu'au long des côtes des USA. Pourtant, l'U-139 n'aura pas l'occasion d'aller jusque là. Bien que le journal de bord du sous-marin ait disparu après la guerre, il a été assez facile de reconstituer cette patrouille du moins pour l'essentiel. Dans un premier temps, von Arnauld rejoint l'Atlantique après être sorti d'Allemagne via le Canal de Kiel, la Baltique puis le Kattegat. Il y a trop de mines mouillées en baie allemande pour courir le risque. De là, il contourne l'Ecosse, l'Irlande et s'engage dans l'Atlantique.

   Le 1 Octobre, à quelques 150 milles dans le N-NO du Cap Villano il croise un convoi allié. Malgré une escorte par des croiseurs auxilliaires, l'U-139 coule successivement les vapeurs Manin et Bylands. Mais ce dernier en coulant accroche au passage le sous-marin qui s'était trop rapproché. Entrainé à plus de 100 m.dans les profondeurs par sa vicitme, von Arnauld parvient à reprendre le contrôle, se dégage et fait surface après une chasse de tous les ballasts. Grosse émotion ! Les dégâts sont quand même relativement conséquents puisque les périscopes sont hors d'usage et une voie d'eau s'est déclarée au sommet du kiosque, limitant les capacités de plongée du bateau. Une réparation avec les moyens du bord permet malgré tout la remise en état d'un périscope. Dans ces conditions, l'objectif d'atteindre la côte américaine n'est plus  d'actualité  et von Arnauld décide d'opérer en surface dans les parages des Açores où il coule encore deux autres navires.

   21 Octobre. Le message radio ordonnant la cessation des activités offensives pour les U-Boot et le retour en Allemagne est capté par l'U-139. C'est la stupeur ! Le 24, von Arnauld signale par radio qu'il a pris la route du retour. Il lui faudra encore trois semaines pour rejoindre Kiel où il entre le 14 Novembre après 64 jours de mer, détenant alors un record jamais égalé en matière de nombre de navires coulés par un commandant de sous-marin.

Arnauld de la Perière totalise 194 navires coulés représentant environ 450 000 tonnes !  (voir la liste)

   A l'arrivée à Kiel, la situation a bien changé depuis le départ de l'U-139.

   La guerre est finie, le Kaiser a abdiqué pour se réfugier en Hollande et la République est proclamée. Mais le drapeau rouge flotte sur Kiel et sur Hamnbourg ; le pays en proie à la grève générale et à la tentative de mainmise de la révolution marxiste entre dans la guerre civile.

   C'est là que nous retrouverons Lothar von Arnauld dans la partie suivante de son histoire.

 

Officiers de l'U-139 (été 1918)

de g.à dr. OL Sievers, Lt Gutjahr, OL de Terra, L.Ing Fechter, KL von Arnauld, KL Pistor, Dr. Hölzel