Juin 1944
Lu Ma  Me  Je Ve Sa Di
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30    

U 767

Sous-marin océanique Type VII c

Construit au Kriegsmarine Werft de Wilhelmshaven

Lancé le 10.7.1943

Entré en service le 11.9.1943

Commandant Oberleutnant zur See Walter DANKLEFF

  

Caractéristiques du type VII c

Déplacement 759 / 860 tonnes(surf./plong.) Propulsion
Longueur : 67 m 20 2 diesel/electrique 2800 / 750 CV
Largeur : 6 m 20 Performances
Creux : 4 m 80 Autonomie Surface 6500 nm à 12 nœuds
Armement Plongée 80 nm à 4 nœuds
5 TLT de 533mm ( 9 torpilles) Vitesse max. 17.0 / 7.6 nœuds
6 x 20mm  AA Equipage  45 à 50 hommes

               Oberleutnant zur See Walter DANKLEFF

Né à Mulhouse (à l'époque, ville allemande) le 12.11.1906

Crew II / 1935 - Oblt.z.S. ( d.R ) 1.3.1943
Off. de quart et Cdt Flottille Ecole
C. en C. des forces d'escorte de la Baltique  9.40 - 6.42
Cdt de la 2 Sperrbrecher Flottille  6.42 - 1.43
Ecole de navigation sous-marine 1.43 - 6.43
Cours de Commandant U-Boot 24 U-Flottille 7.43 - 8.43
Stage Torpilles 8.43 - 9.43
Commandant U-767   11.9.43 - 18.6.44
Décédé le 18 Juin 1944 à l'âge de 37 ans

 

 

Wilhelmshaven 11 Septembre 1943

   

L'équipage de l'U-767 le même jour

 

W.Dankleff lors de sa prise de commandement le 11.9. 1943

  Carrière de l'U-767

  Rattaché à la 8 U-Flottille, Dantzig durant sa période d'entrainement, l'U-767 était ensuite affecté le 1.5.1944 à la 1 U-Flottile de Brest au terme de cette période.

  Sous le commandement de l'Oblt.z.S. der Reserve Walter Dankleff depuis son entrée en service, le sous-marin appareillait le 9.5.1944 de Kiel à destination de Kristiansand-Marviken (Norvège) qu'il atteignait le 11.

  L'unique patrouille

  Ayant complété son armement, il prenait la mer pour sa première mission le 22 mai. Ses ordres de route prévoyaient qu'au terme de sa patrouille qui devait le conduire en Atlantique, il regagnerait Brest sa nouvelle base.

  Un seul contact eut lieu avec lui, le 6 juin, à l'occasion d'un compte rendu météo depuis le point 57N 20W. Ce même jour, c'était le Débarquement et le 9 juin, l'U-767 recevait instruction de se diriger vers la Manche. Bien que n'ayant pas accusé réception de ce message, il le reçût car dès le 15 juin, à l'entrée de la Manche, il plaçait un coup direct sur la frégate HMS Mourne qui coulait en quelques minutes avec une lourde perte en vies humaines. Le 18 à 1505, l'U-767 était à son tour repéré et attirait sur lui le 14th Escort Group comprenant les destroyers HMS Fame, Cdr Currie, R.N., (Senior Officer), Havelock, Hotspur, Icarus et Inconstant. Bien que l'écho soit faible, (il devait naviguer sous son schnorchel), sa position entre Roscoff et Saint Malo, faisait penser à un sous-marin longeant la côte pour s'enfoncer dans la Manche et le groupe mit le cap à grande vitesse sur cette zone. A 1620, le Fame obtenait un contact asdic et attaquait le premier au Hedgedog. Cette attaque se traduisit par trois explosions après 4 secondes, suivies d'une grosse bulle de mazout qui vint crever en surface. Une nouvelle passe de grenadage cette fois s'ensuivit. A son tour le Havelock grenada la position. L'Inconstant s'apprêtait à effectuer une attaque au Hedgedog quand un marin allemand portant un appareil respiratoire de sauvetage vint en surface au milieu d'une grosse bulle d'air. Il fut rapidement repêché par le Fame mais les batteries côtières allemandes ouvraient le feu à leur tour et encadraient les Anglais. Ordre fut donné au Hotspur de tendre un écran de fumigènes pour protéger les destroyers qui continuaient de matraquer l'épave jusqu'à certitude de sa destruction vers le point 49.03N  03.13W. Le matelot qui parvint à s'échapper du compartiment arrière fut le seul rescapé. Ses 48 camarades dorment pour l'éternité dans les flancs de leur cercueil d'acier.

    

   

  L'épave du sous-marin

  Volontairement, la position exacte n'est pas communiquée. Sa profondeur supérieure à 70 mètres ne la rend accessible qu'à certains plongeurs expérimentés. L'épave de ce sous-marin étant une sépulture de guerre, à ce titre elle ne doit être ni dérangée, ni faire l'objet d'aucun prélèvement. A l'intérieur, 48 hommes sont désormais en patrouille éternelle.

  

Extrémité AR du sous-marin

 

Ancre bâbord

Le panneau par lequel l'unique rescapé a pu s'extraire

       Panneau de kiosque

 

 

Ecoutez à présent le récit de Walter Schmietenknop, l'unique survivant :

 A bord de l'U767 j'étais électricien et je me trouvais à mon poste de combat face au panneau des électriques dans la machine quand nous avons été détecté par un groupe de chasse anglais. Nous avons tenté de leur échapper mais ils nous ont vite retrouvé et presque aussitôt nous avons été touchés. Désemparé, le bateau a commencé à faire eau et a très vite coulé jusqu'au fond. Avec les hommes de la machine, je me suis réfugié dans le poste arrière mais l'eau ayant envahi le compartiment machines, nous étions privés de tout contact avec les camarades de l'avant. Dans le poste arrière, le niveau de l'eau commençait aussi à monter et nous nous sommes dit qu'il n'y avait plus rien à faire sinon attendre la mort. Alors l'un d'entre nous a dit qu'il fallait chanter l'hymne national et c'est ce que nous avons fait. Puis peu à peu l'air s'est raréfié et nous avons commencé à perdre connaissance. Soudain, j'ai entendu un son semblable à celui que fait l'eau en pénétrant d'un seul coup dans un compartiment. Ce son provenait du panneau de chargement des torpilles au port que nous n'ouvrions jamais à la mer. Je me suis dit alors qu'il était peut-être possible de me sauver par là. J'ai capelé un appareil de sauvetage Drager et j'ai tourné le volant d'ouverture de ce panneau qui s'est ouvert. J'ai réussi à me glisser par là et à m'extraire.

Je ne me souviens pas de la remontée vers la surface, il me semble que j'ai du perdre connaissance quelques instants en me demandant si je ne m'étais échappé du bateau que pour mourir noyé avant d'atteindre la surface. J'ai recommandé mon âme à Dieu en lui promettant si je m'en tirais de consacrer le reste de ma vie à son service…

Dieu dut entendre son appel car il reprit conscience en surface où il fut fait prisonnier par un destroyer anglais. Etonnamment, il ne souffrait d'aucun des traumatismes liés à pareille remontée depuis une grande profondeur. La seule blessure dont il souffrait était une blessure aux tendons de la main qu'il s'était faite en se glissant dans le tube de chargement qui bien évidemment n'était pas fait pour laisser le passage à un homme ! Interné en Angleterre où il fut interrogé, il était ensuite transféré dans un camp américain en Géorgie où on le fit travailler la terre puis à la fin de la guerre, il était rapatrié en Allemagne.

En 2002, il était toujours en vie près de Vancouver au Canada, consacrant son temps au service de la petite église de son village, ainsi qu'il en avait fait la promesse 58 ans plus tôt.

 

Quant à ses camarades, ils reposent désormais en paix.

Dankleff, Walter Oblt.z.s.d.R. 37 ans  
  Krebs, Karl Lt.z.s. 1WO 22 ans  
  Brügel, Hans Lt.z.s. 2WO 20 ans  
  Schuster, Helmut Lt.Ing  22 ans  
  Adam, Werner MaschOGfr. 19 ans  
  Andersen, Georg BtsMt  22 ans  
  Antonowitsch, Fedor BtsMt  24 ans  
  Beyritz, Heinz Mtr  20 ans  
  Bogatz, Theodor MaschMt.  22 ans  
  Bohn, Theodor MtrOGfr.  21 ans  
  Burg, Günter MtrOGfr.  20 ans  
  Deuringer, Georg MechOGfr.  19 ans  
  Exner, Heinz MaschGfr.  21 ans  
  Ferchow, Erich MtrGfr.  18 ans  
  Griep, Reinhold MtrGfr.  19 ans  
  Hermann, Erich MtrOGfr.  22 ans  
  Hernsdorf, Rudolf MaschOGfr 20 ans  
  Hestermann, Bernhard SanOMt  27 ans  
  Hiekel, Gerhard MaschOGfr. 19 ans  
  Hjort, Axel MaschOGfr. 20 ans  
  Horn, Heinz MaschOGfr. 19 ans  
  Hurtgen, Josef MechGfr  20 ans  
  Kecker, Heinz MtrOGfr.  19 ans  
  Koppl, Theodor FkGfr  19 ans  
  Koth, Hans FkMt  23 ans  
  Kowallik, Heinz MtrGfr.  20 ans  
  Krajewski, Theo FkOGfr  20 ans  
  List, Heinrich MtrOGfr.  23 ans  
  Michel, Friedrich MaschMt.  23 ans  
  Mittag, Johannes MtrOGfr.  19 ans  
  Most, Erich MechMt.  23 ans  
  Müller, Kurt MaschOGfr. 19 ans  
  Obermann, Karl FkOGfr  20 ans  
  Ochel, Franz MechOGfr.  23 ans  
  Papendorf, Kurt StOMasch  30 ans  
  Peglow, Karl-Heinz MaschGfr.  19 ans  
  Pelz, Horst MaschMt.  19 ans  
  Pieper, Arno MaschOGfr. 19 ans  
  Pohl, Günter MaschOGfr. 20 ans  
  Reinthaler, Alfred MtrOGfr.  19 ans  
  Ribinski, Johann MtrGfr.  20 ans  
  Sackmann, Ludwig MtrOGfr.  22 ans  
  Scholz, Siegfried OStrm.  27 ans  
  Tischmann, Max MaschMt.  24 ans  
  Wagner, Heinrich OMaschMt  24 ans  
  Weissbach, Heinz FkMt  23 ans  
  Wichmann, Ernst OMaschMt  23 ans  
  Wiesner, Heinz OMasch  27 ans  
  Zuther, Gerhard BtsMt  27 ans  
         

Auf der Seemannsgrab da blühen keine Rose - Sur la tombe du marin ne fleurissent pas les roses...

En plongée sur l'épave - JT de TF1 (1-10-2009 index 22.50 mn)

et ci dessous une video "Sous la mer" par J. Le Lay

Retrouvez le récit de l'attaque contre l'U 767 dans un extrait de "1850-1950, Cent ans d'histoires de mer dans la Manche"            © Yves DUFEIL, 1975