Elisabeth HUTCHINSON & Laura GAISFORD

  

Elizabeth HUTCHINSON,

   Née à Cossipore, Inde, le 11 novembre 1830, fille de George MONTIER et de Elizabeth HARRINGTON. Elle était veuve du Général Charles W. Hutchinson et en 1905, elle habitait Craighdu (Ecosse). Elle se rendait à Dinard où elle avait loué une maison en compagnie de sa fille Laura qui y résidait.

   Born in Cossipore, India, Nov.11, 1830, she was the daughter of  George MONTIER and Elisabeth HARRINGTON. In 1905, widow of the late General Charles W. HUTCHINSON, she was living in Scotland at Craighdu and was travelling to Dinard where she had rented a house in company of her daughter Laura who was already living there.

 

Laura GAISFORD

 

Laura GAISFORD,

   Née en 1866, elle vivait à l’année à Dinard. Elle avait 3 enfants, deux garçons scolarisés en GB et une fille qui vivait avec elle mais qui était restée à Dinan chez des amis en attendant son retour.  Elle était veuve du Lieutenant Colonel Gilbert GAISFORD, agent politique de l’Indian Staff Corps qui avait été assassiné à Smallan (aujourd’hui au Pakistan) le 15.3.1898 par un fanatique indien. Les deux garçons allaient l'un et l'autre épouser le métier des armes. Lionel, le premier était Lieutenant quand il fut tué au combat à Festubert le 23 novembre 1914. Il est inhumé au cimetière militaire de Béthune. Son frère, Phillip allait devenir Lieutenant Colonel. Il a été annobli en 1942 (Sir Phillip) lorsqu'il fut fait Chevalier de l'Ordre de l'Empire Indien.

   Born in 1866, she was living in 1905 all year long in Dinard. She had 3 children, 2 boys at school in GB and a girl who was living with her but who had remained in Dinan at friends home until her mother’s return. She was widow of Lieut. Colonel Gilbert CAISFORD, political agent of the Indian Staff Corps who had been murdered at Smallan (now Pakistan) by a fanatic indian on 15.3.1898. The two boys were to become Army officers ; Lionel the first one was killed in action at Festubert on Nov. 23rd, 1914 and buried at Bethune. His brother Phillip became a Lieut.Colonel and was made Knight in the Order of Indian Empire.

Lieutenant-Colonel Gilbert GAISFORD - I.S.C. - assassiné le 15 Mars 1898.
Inhumé à Quetta, sa tombe porte l'inscription suivante :

« En mémoire de Gilbert Gaisford, Lieutenant Colonel I.S.C. – Agent politique, Thal Chotiali. Tué par un fanatique à Smallan le 15 Mars 1898 à l’âge de 48 ans ».

Quetta se trouve à environ 80km dans l’ouest de Smallan, Pakistan.

Lieutenant-Colonel Gilbert GAISFORD - I.S.C. - killed 15th March 1898.
Buried at Quetta, his grave stone wears the following inscription :

"In loving memory of Gilbert Gaisford. Lieutenant Colonel ISC. Political Agent, Thal Chotiali. Killed by a fanatic at Smallan 15 March 1898. Aged 48 years."

Quetta is about 80km W of Smallan, Pakistan.

 Thal Chotiali est une vallée proche de Quetta – Thal Chotiali is a valley close to Quetta

 

   En juin 1857, Cawnpore et sa région avaient connu de graves troubles durant ce qui fut appelé « la révolte des Cipayes » et qui pour les historiens marque le début de la lutte pour l’indépendance de l’Inde. Cet épisode dramatique qui se déroula sur les lieux où naquit Mme Hutchinson est relaté ci-dessous. On peut cependant tenir pour quasi certain qu’elle n’y vivait plus à cette date.

   In June 1857, the Cawnpore area had known serious troubles during what was to be called “ the sepoy Rebellion” marking for historians the beginning of India’s independence wars. Those tragic events that happened at Mrs Hutchinson’s birth place are related below. However, we can more likely assume that she was no longer living there when the events occurred.

 1857

Juin

Lu

Ma

Me

Je

Ve

Sa

Di

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28

29

30

 

 

 

 

 

 

July

Mo

Tu

We

Th

Fr

Sa

Su

 

 

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28

29

30

31

 

 

 

Cawnpore vue du Gange

En Juin, les cipayes de Cawnpore commandés par le Général Wheeler, se rebellaient et assiégeaient le camp retranché européen. Wheeler qui était un vétéran et un soldat respecté était marié à une femme indienne de caste élevée. Il comptait sur son prestige personnel et ses relations cordiales avec leur chef Nana Sahib pour étouffer la révolte en conséquence, il avait comparativement pris peu de mesures pour fortifier le camp et l’approvisionner en vivres et munitions.

Les Britanniques subissaient alors trois semaines de siège à Cawnpore avec peu d’eau et de nourriture, enregistrant régulièrement des pertes parmi les hommes, les femmes et les enfants. Le 25 Juin, Nana Sahib faisait une proposition de reddition en termes plutôt généreux que Wheeler n’avait d’autre choix qu’accepter. Nana Sahib disait être d’accord pour garantir un passage en sécurité jusqu’à Allahabad. Mais le 27 Juin, alors que les Britanniques avaient quitté leur camp fortifié pour rejoindre les embarcations promises sur le fleuve, une fusillade éclatait. Qui tira le premier ? La réponse fait toujours débat.

Selon les Indiens, les Anglais avaient déjà pris place dans les bateaux et le général rebelle Tatya Tope avait levé la main droite pour donner le signal de départ. C’est à ce moment précis que quelqu’un dans la foule sonnait du clairon ce qui provoquait un mouvement de désordre et dans la pagaille qui s’ensuivit, les hommes chargés de manœuvrer les embarcations sautaient à l’eau. Les soldats et les officiers anglais qui avaient toujours leurs armes et des munitions, tiraient alors sur eux. Les rebelles perdant toute patience ouvraient le feu à leur tour sans discernement. Nana Sahib qui s’était retiré momentanément à Savada Kothi dans un bungalow proche recevait le message et accourait pour faire cesser le feu. Les hommes qui restaient furent néanmoins abattus pour éviter toute reprise des troubles.

 

   In June, sepoys under General Wheeler in Cawnpore, rebelled and besieged the European entrenchment. Wheeler was not only a veteran and respected soldier, but also married to a high-caste Indian lady. He had relied on his own prestige, and his cordial relations with the Nana Sahib to thwart rebellion, and took comparatively few measures to prepare fortifications and lay in supplies and ammunition.

   The British endured three weeks of the Siege of Cawnpore with little water or food, suffering continuous casualties to men, women and children. On June 25 the Nana Sahib offered fairly generous surrender terms, and Wheeler had little choice but to accept. The Nana Sahib agreed to let them have safe passage to Allahabad but on June 27 when the British left their fortified barrack buildings to board the promised riverboats, firing broke out. Who fired first has remained a matter of debate.

   The Indians claim that the British had already boarded the boats and Tatya Tope raised his right hand to signal their departure. That very moment someone from the crowd blew a loud bugle which created disorder and in the ongoing bewilderment, the boatmen jumped off the boats. British soldiers and officers still had their arms and ammunition and they fired shots at these boatmen. The rebels lost all patience and started shooting indiscriminately. Nana Sahib, who was momen-tarily staying in Savada Kothi (Bungalow) nearby, got the message and immediately came to stop it. The remaining men were, however, killed to ensure no further unrest.

   The British claim that during the march to the boats, loyal sepoys were removed by the mutineers and lynched along with any British officer or soldier that attempted to help them, although these attacks were ignored in an attempt to reach the boats safely. After firing began the boats' pilots fled, setting fire to the boats, and the rebellious sepoys opened fire on the British soldiers and civilians.

 

Cawnpore (Kanpur) – Allahabad

Environ 200 kms par le fleuve - About 125 miles down the river 

 

Selon les Britanniques, pendant la marche en direction des bateaux,  des cipayes restés loyaux étaient extraits de leurs rangs par les mutins et tabassés avec les officiers et les soldats anglais qui tentaient de s’y opposer. Toutefois, ces aggressions avaient été ignorées dans le but de rejoindre les bateaux en sécurité. Après que la fusillade ait débuté, les pilotes des bateaux s’étaient enfuis en y mettant le feu et les rebelles cipayes avaient tiré sur les soldats anglais et les civils. L’un des bateaux avec une douzaine de blessés était parvenu à s’échapper mais s’était échoué et avait alors été repoussé par les mutins en direction du carnage de Cawnpore. Les femmes qui étaient à bord avaient été prises en otage tandis que les blessés et des hommes âgés étaient collés à la hâte dos au mur et fusillés. Seuls 4 hommes parvenaient à s’échapper vivants de Cawnpore avec un des bateaux : deux soldats (qui devaient décéder plus tard durant la Rébellion), un Lieutenant et le Capitaine Mowbray Thomson qui allait ensuite écrire le récit de son expérience dans « L’histoire de Cawnpore » (Londres, 1859).

Etant donné que les Britanniques assiégés étaient déjà en train de succomber, il apparaît illogique que Nana Sahib après avoir garanti un départ en sécurité ait ensuite ordonné le massacre. 

One boat with over a dozen wounded men initially escaped, but later grounded, was caught by mutineers and pushed back down the river towards the carnage at Cawnpore. The female occupants were removed and taken away as hostages and the men, including the wounded and elderly, were hastily put against a wall and shot. Only four men eventually escaped alive from Cawnpore on one of the boats: two privates (both of whom died later during the Rebellion), a Lieutenant, and Captain Mowbray Thomson, who wrote a firsthand account of his experiences entitled “The Story of Cawnpore” (London 1859).

Given that the British were already dying, it defies logic as to why Nana Sahib would offer a safe passage and then order the alleged massacre.

The surviving women and children from the massacre by the river were led to the Bibi-Ghar (the House of the Ladies) in Cawnpore. On July 15, with British forces approaching Cawnpore and some believing that they would not advance if there were no hostages to save, their murders were ordered. Another motive for these killings was to ensure that no information was leaked to the British after the fall of Cawnpore.

 

Memorial érigé vers 1860 sur le puits du Bibi-Gahr après que la mutinerie ait été matée.

A memorial erected circa 1860 at the Bibi Ghar Well after the  Mutiny was crushed.

 

Les femmes et les enfants qui avaient survécu au massacre du fleuve furent conduits à la Bibi-Ghar (Maison des Femmes) de Cawnpore. Le 15 Juillet alors que les forces anglaises approchaient de Cawnpore, certains pensaient qu’elles n’avanceraient pas s’il n’y avait plus d’otages à sauver et il fut ordonné de les exécuter. Une autre raison pour justifier ces meurtres était qu’aucune information ne devait parvenir aux Britannqiues après la chute de Cawnpore. Après que les cipayes aient refusé d’exécuter cet ordre, quatre bouchers du marché local étaient appelés à Bibi-Gahr où ils procédaient dit-on au meurtre des otages avec des hachoirs. Les morts et les mourants avaient ensuite été jetés dans un puits proche.

Ce meurtre des femmes et des enfants s’avéra être une erreur politique. La population anglaise était atterrée et les défenseurs des Indiens perdirent tout soutien. Cawnpore allait devenir un cri de guerre pour les Britannqiues et leurs Alliés pour le reste du conflit. Nana Sahib pour sa part disparut vers la fin de la Rébellion.

L’interprétation selon laquelle les représailles anglaises auraient été atroces seulement après les évènements de Cawnpore et de Bibi-Ghar est délibérée dans certains récits. D’autres récits anglais font état de mesures punitives discriminatoires prises début Juin, deux semaines avant les meurtres de Bibi-Ghar, en particulier par le Lieutenant Colonel James George Neill des Madras Fusiliers (une unité européenne) qu’il commandait à Allahabad, pendant qu’il faisait mouvement vers Cawnpore. Dans la ville proche de Fatehpur, un assaillant avait disait-on assassiné la population anglaise locale. Sur ce prétexte, Neill avait explicitement ordonné de bouter le feu à tous les villages proches de Grand Truk Road et de pendre leurs habitants. Les méthodes de Neill étaient « brutales et horribles » et pouvaient bien avoir incité précédemment les cipayes indécis et les communautés à la révolte.

Neill fut tué au combat à Lucknow le 26 Septembre et n’eut jamais à répondre de ces exactions. Certaines sources anglaises contemporaines firent même de Neill et de ses « braves casquettes bleues », des héros. Par contraste avec le comportement des hommes de Neill, le comportement de la plupart des soldats rebelles est à leur crédit. « Nos croyances ne nous permettent pas de tuer un prisonnier mais nous pouvons tuer notre ennemi dans la bataille », expliquait l’un d’entre eux.

Quand le 18 Juillet les Anglais reprirent Cawnpore, les soldats conduisirent leurs prisonniers cipayes jusqu’au Bibi-Ghar et les obligèrent à lécher les traces de sang sur les murs et le sol. Ensuite, ils pendirent ou « désintégrèrent au canon » la majorité d’entre eux. Bien que selon certains, les cipayes n’aient pas pris part aux meurtres eux-mêmes, ils n’avaient rien fait pour les empêcher ce qui fut confirmé par le Capitaine Thompson après que les Anglais eurent quitté Cawnpore la seconde fois.

After the sepoys refused to carry out this order, four butchers from the local market went into the Bibi-Ghar where they proceeded to allegedly murder the hostages with cleavers and hatchets. The dead and the dying were then thrown down nearby a well.

The alleged killing of the women and children proved to be a mistake. The British public was aghast and the pro-Indian proponents lost all their support. Cawnpore became a war cry for the British and their allies for the rest of the conflict. The Nana Sahib disappeared near the end of the Rebellion.

The misinterpretation that British retaliation was ghastly only after the events of Cawnpore and the Bibi Ghar is deliberate in some accounts. Other British accounts state that indiscriminate punitive measures were taken in early June, two weeks before the murders at the Bibi-Ghar, specifically by Lieutenant Colonel James George Smith Neill of the Madras Fusiliers (a European unit), commanding at Allahabad while moving towards Cawnpore. At the nearby town of Fatehpur, a mob had allegedly mur-dered the local British population. On this pretext, Neill explicitly ordered all villages beside the Grand Trunk Road to be burned, and their inhabitants to be hanged. Neill's methods were "ruthless and horrible" and may well have induced previously undecided sepoys and communities to revolt.

Neill was killed in action at Lucknow on September 26 and was never called to account for his punitive measures, though contemporary British sources lionised Neill and his "gallant blue caps". By contrast with the actions of soldiers under Neill, the behaviour of most rebel soldiers was creditable. "Our creed does not permit us to kill a bound prisoner", one of the matchlockmen explained, "though we can slay our enemy in battle."

When on the 18th of July, the British retook Cawnpore, the soldiers took their sepoy prisoners to the Bibi-Ghar and forced them to lick the bloodstains from the walls and floor. They then hanged or "blew from the cannon" the majority of the sepoy prisoners. Although some claimed the sepoys took no actual part in the killings themselves, they did not act to stop it and this was acknowledged by Captain Thompson after the British departed Cawnpore for a second time.

 

 Le drapeau indien de l’époque - India’s flag at the time

 

 Exécution au canon de certains rebelles cipayes

Blowing from the cannon of some sepoy rebels 

       

 

 

 

Mme Hutchinson et sa fille Laura dont les corps furent retrouvés sur la plage de Saint Cast sont inhumées au cimetière de Dinard où leur tombe est toujours parfai-tement entretenue.

 

Mrs Hutchinson and her daughter Laura whose bodies were recovered at Saint Cast are buried in Dinard cemetery where their grave is still beautifully maintained.

 

 

 

 

Lieutenant  Lionel (Jack)  GAISFORD

 
   
   

Fils ainé