UB 65 et son fantôme

Janvier 1917 - Juillet 1918

Il y a de cela quelques années, un jeune collègue me transmettait le texte ci-dessous en me disant "Connais-tu cette extraordinaire histoire ?" En effet, j'avais bien lu quelque chose sur le sujet et, doutant quand même fortement de sa réalité je m'étais promis d'y revenir un jour pour la creuser plus avant. Ce courrier en était l'occasion. Je vous livre ici tout d'abord le "récit fantastique" de mon collègue et à la suite, les résultats de mon enquête.

"Le sous-marin allemand UB 65 est au coeur de l’une des plus étranges histoire du XXème siècle. la malchance le poursuivit tout au long de son existence. Sa sinistre réputation effrayait les plus braves et bien des marins hésitaient à mettre leur sac à son bord. Construit en 1916, il avait déjà, avant même son lancement, fait deux victimes, écrasées par une lourde poutre mal arrimée à une grue. Quelques semaines plus tard, trois hommes furent asphyxiés par des émanations toxiques dans la salle des machines.

Ainsi, avant même d’avoir pris la mer, ce submersible avait déjà la réputation de porter malheur. Après son lancement, il entreprit ses essais en mer du Nord. Avant la première plongée, la commandant commanda à un marin expérimenté d’aller voir si tout était en ordre. Le marin s’exécuta et stupéfaits, le commandant et les officiers virent l’homme marcher droit jusqu’à l’avant, passer par-dessus bord et disparaître à jamais dans la mer.

L’équipage était terrorisé. Malgré cela, le commandant donna l’ordre de plonger. L’UB 65, plongea, se posa sur le fond ... et ne put remonter ! Il fallut douze heures d’efforts désespérés au commandant et à l’équipage pour le ramener à la surface. Lorsqu’il émergea enfin et qu’on ouvrit les panneaux, les hommes étaient presque asphyxiés par l’air vicié. Le sous-marin revint au chantier naval de Bruges pour y être vérifié et réparé. Puis, on commença à l’approvisionner en munitions. Au cours du chargement, une torpille explosa, tuant le second de l’UB 65 et cinq marins ! Après cet accident, le sous-marin endommagé fut mis en cale sèche pour y être de nouveau réparé. Quelques hommes restèrent de garde à bord. Les sous-mariniers ne sont pas hommes à se laisser facilement impressionner : pourtant, un jour, alors que l’UB 65 était encore en cale sèche, le matelot Petersen et un sous-officier de quart virent une silhouette qui descendait la passerelle et se dirigeait lentement vers l’étrave. Tous deux reconnurent parfaitement l’officier qui avait été tué à la suite de l’explosion !

Quelques jours plus tard, l’UB 65 reprit la mer sans Petersen qui avait déserté et que l’on ne revit jamais plus. Le fantôme de l’officier mort apparut à nouveau alors que l’UB 65 faisait surface au milieu de la Manche. Le spectre se tenait debout à l’avant, les bras croisés, sans un mouvement malgré les lames qui balayaient le pont. L’officier de quart, le timonier et le commandant l’interpellèrent en criant et l’observèrent jusqu’à ce qu’il disparaisse. Puis le commandant ordonna la plongée. Peu de temps après, le commandant fut tué à la suite d’une attaque aérienne au moment même où il mettait le pieds à terre après cette mission. Le sous-marin hanté eut après lui deux autres commandants, et le fantôme resta toujours à bord. Puis, en mai 1918, alors que l’UB 65 faisait route vers le Golfe de Gascogne, le canonnier devient fou de terreur en voyant le spectre surgir à ses côtés. Au moment où le sous-marin faisait surface, un autre marin bondit par-dessus bord, nagea comme un désespéré et disparut. Cette même nuit, un convoi allié fut signalé. Le sous-marin allait l’attaquer lorsqu’il fut repéré, grenadé et envoyé par le fond ; l’eau l’envahissait. Dans une étrange lueur glauque, le fantôme apparut au milieu de l’équipage déjà terrorisé. Pris de panique, un jeune officier fit feu sur le spectre. Mais malgré ses nombreuses avaries, l’UB 65 parvient à se mettre en sécurité. Il fut encore réparé et son équipage à bout de nerfs remplacé par des hommes dont l’amirauté espérait qu’ils n’avaient jamais entendu parler du fantôme.

La fin du sous-marin hanté fut aussi mystérieuse que les autres événements qui ont marqué son existence. Au cours de la même année, le commandant du sous-marin américain AL-2 vit par son périscope l’UB 65 qui roulait à la surface de l’Atlantique comme s’il était abandonné de son équipage ; à l’avant pourtant se dressait une silhouette solitaire, les bras croisés ... Avant que le AL-2 pût envoyer ses torpilles, le UB 65 sombra de lui-même... comme si son fantôme l’avait entraîné avec lui."

 

UB 65

Type UB III

 

UB 65 : la vérité

Le fantastique de cette histoire dut-il en souffrir, le temps est néanmoins venu de rétablir la vérité historique autour de ce "fantôme" qui n'a jamais existé, une histoire rapportée dans Stranges stories, amazing facts ( Sélection du Reader's Digest ) 1979 p. 352 et qui semble-t-il est à l'origine de sa propagation. Il faut dire qu'il y avait eu des précédents avant lui, la célèbre Mary Celeste pour ne citer qu'elle ou encore l'inépuisable "Triangle des Bermudes" en passant par l'U 31 et son équipage de cadavres...

Voici à présent ce que fut la véritable carrière du sous-marin UB 65, un sous-marin comme beaucoup d'autres…

L'UB 65 a été commandé sous le n° de construction 90 au chantier Vulkan de Hambourg le 20 Mai 1916, appartenant à une série de 6 unités portant les numéros UB 60 à UB 65. Lancé le 26.1.1917, il est entré en service dans la Marine Impériale le 18.8.1917. Apparemment, la période d'essais et d'entrainement de l'équipage se déroula sans qu'un quelconque incident majeur ne soit évoqué dans les archives. Le 30.9.1917, l'UB 65 était rattaché à la 5 U-Flottille et rejoignait Bremerhaven, une base navale à l'embouchure de la Weser d'où il appareillait le 10 pour sa première mission de guerre qui le conduisait dans le secteur des Iles Shetland et Hébrides. Il rentrait le 4.11 sans avoir enregistré de succès.

Après trois semaines d'immobilisation pour entretien et diverses mises au point, il reprenait la mer le 6.12 en direction du Canal St George en Mer d'Irlande, via le Pas de Calais. Cette croisière qui devait se terminer le 29.12 allait être la plus fructueuse avec la destruction d'un trois-mâts suédois, de deux vapeurs et du sloop Arbutus. Malgré un temps exécrable, il attaquait sans succès un convoi le 18.12 et subissait une contre attaque des escorteurs qui lancaient des grenades sous-marines provoquant la mise hors service de son périscope de veille. Dans ces conditions, l'UB 65 ne pouvait que rentrer à sa base pour se réparer.

En janvier 1918, il rejoignait sa nouvelle base opérationelle dans l'ile de Heligoland. Le 2.2, il appareillait pour une nouvelle patrouille mais dans les parages de Horns Riff au large de la côte hollandaise, à la suite d'une fuite de carburant, il devait interrompre sa mission et se dirigeait sur Whilhelmshaven pour se faire réparer. Le 19.2, il reprenait la mer en direction de la Mer d'Irlande via le Nord de l'Ecosse. et coulait un cargo norvégien. Retour le 15.3 à Heligoland où le 18.4 il était rattaché à la 2 U-Flottille.

Le 22.4, appareillage pour la 5e patrouille toujours à destination de la Mer d'Irlande. Retour le 19.5 après avoir coulé un trois-mâts danois et endommagé au canon 3 vapeurs, non sans avoir du subir en retour un grenadage sévère dont il se sortait pourtant sans avaries notables.

Le 2.7 il reprenait la mer en direction du Canal de Bristol. De cette mission, l'UB 65 ne devait jamais revenir. Quelques semaines plus tard, l’Etat-Major de la flottille avait le regret de faire part de sa disparition.

 Son premier et unique Commandant fut le Kapitänleutnant Martin SCHELLE, un officier de 29 ans qui après avoir effectué le cours de sous-marinier à Kiel de Déc.1915 à Avril 1916, naviguait au cours de cette formation sur le sous-marin UC 21 puis comme Commandant à bord du sous-marin école U 25. En Août 1916, alors qu'il venait d'être promu au grade de Kapitänleutnant, il recevait le commandement de l'UC 33 qu'il assumait jusqu'en Juin 1917, date à laquelle il prenait le commandement de l'UB 65 alors en achèvement pour le conserver jusqu'à sa fin.

Avec ce sous-marin, entre le 10.10.1917 et le 10.7.1918, il devait effectuer 6 missions de guerre au cours desquelles il allait couler 5 navires de commerce totalisant 6011 tonnes et le sloop HMS Arbutus, 1290 tonnes.

Dans un premier temps, l'UB 65 eut pour officier en second le Leutnant zur See Adolf ECKOLDT qui sortait de l'Ecole des sous-marins. Agé de 25 ans, il resta à bord jusqu'en Avril 1918 puis fut muté comme Second à bord de l'U 94, ce qui allait lui sauver la vie. Sur ce nouveau bateau, il allait finir la guerre et quittait le service le 22.11.1919.

Son successeur fut le Leutnant zur See Henry MÜNCHMEYER, un tout jeune officier de 21 ans qui sortait de l'Ecole des sous-marins, formation suivie d'une expérience de 3 mois entre Janv. et Mars 1918 comme Second de l'UB 67 avant de rejoindre l'UB 65 en Avril 1918.

A la machine, le Leutnant Ingenieur der Reserve Fritz SCHNABEL, officier mécanicien, était  d'un an l'ainé du Commandant SCHELLE. Son parcours l'avait conduit, après l'Ecole des Sous-marins jusqu'en 10.1916, à bord de l'UC 57 qu'il avait quitté pour rejoindre l'UB 65 encore au chantier naval.

Avec ces 3 officiers, il y avait 34 hommes à bord lors du dernier appareillage. Aucun ne devait en revenir et si personne n’avait inventé une « fantomatique » carrière  à ce sous-marin, on n’en aurait plus guère entendu parler tant son destin dramatique est hélas commun dans l’univers des U-Boote.

 

UB 64 exactement semblable à UB 65

Sources : National Archives Washington,  Records of the German Navy, Microfilm Publications T-1022, Roll 58, PG 61825

                    Amiral Arno Spindler : Der Handelskrieg mit U-Booten, vol. 4 et 5

Août 2004

L’épave de l’UB 65 est découverte à 6 milles dans le N de Padstow sur un fond de 60 mètres par Innes Mc Cartney et son équipe et formellement identifiée par ses hélices tout comme par son armement. Selon sa description, l’épave est relativement bien conservée mais plusieurs panneaux sont ouverts, ce qui accréditerait l’idée que l’équipage a tenté de l’évacuer. Le bâtiment ne présente aucune trace d’explosion tant interne qu’externe. On est pratiquement certain désormais que le sous-marin pourrait être celui qui le 14 juillet a coulé au canon dans ces parages le Maria Jose, un pêcheur portugais mais les raisons pour lesquelles l’UB 65 a disparu resteront vraisemblablement à jamais ignorées. Tout au plus, les familles de l’équipage savent-elles désormais où repose leur ancêtre.

 Voilà ce que fut réellement la carrière de l'UB 65. Je vous le concède, elle est moins extraordinaire que celle qui lui a été inventée. Pourtant, je la trouve infiniment plus intéressante parce que vraie et tellement plus proche depuis que j'ai reconstitué un peu de la vie de ces hommes qui sont en patrouille éternelle à son bord.

 

L'équipage de la dernière patrouille

 

SCHELLE Martin Kplt Kommdt
MÜNCHMAYER Henry Ltnt. z.S. WO
SCHNABEL Fritz Mar.Ing.d.R. LI
BAAR Albert Heizer
BAUER Paul Heizer
BOCK Richard Matrose
BROSE Anton Steuermann
DEUTSCHBEIN F. O.Masch.mt.
DIETRICH Eugen O.Heizer
EGGERS Willi Masch.Mt.
ELSNER Wilhelm Masch.Mt.
EPPEL Ludwig Heizer
FASSBENDER Paul Heizer
GLOGAU Paul F.T.Maat
HALL Joseph Heizer
HARDENBERG P. Matrose
HESS Alfred Matrose
JÜNGST Friedrich F.T.Gast
KARRENBAUER   Heizer
KIST August O.Heizer
KLUSMANN W. Heizer
KNOF Arthur Btsm.Mt.
KROLL Eduard Masch.Mt.
KÜLPMANN Joseph Matrose
LUDWIG Karl Masch.Mt.
REDIECK Otto Matrose
REINKEN Bernhard Ob.Btsm.Mt.
RICHTERS Friedrich Matrose
SANDER Paul Masch.Mt.
SCHEIN Hans Btsm.Mt.
SCHMIDT Fritz O.Btsm.Mt.

SCHUG

Johann Matrose
SIEGEL Eduard Heizer
STEINFELD P. Masch.
VESPERMANN E. O.Matrose
WENDE Hermann Masch.Mt.
WILSKY Karl Masch.Anw.